Hommage à Anny-Chantal Levasseur-Regourd

Le GDR souhaite rendre un hommage à Anny-Chantal Levasseur-Regourd, grande figure de la planétologie décédée au coeur de l’été, à l’âge de 78 ans.

Anny-Chantal s’intéressait aux travaux du GDR depuis sa création et en avait été membre lors du 1er contrat (équipe du LATMOS).

Ses travaux de recherches ont porté sur les particules interplanétaires dont certains grains sont carbonés.

Les résultats de ses premiers travaux sur le milieu interplanétaire et la lumière zodiacale, ont donné la première carte globale en intensité et polarisation de la lumière zodiacale, ce qui a contraint les propriétés physiques locales des particules interplanétaires. Ses travaux ont porté également sur l’étude des régions internes des chevelures cométaires par imagerie polarimétrique.

Elle a participé à de nombreuses missions spatiales pour étudier les comètes et leurs poussières, dont les missions Giotto en 1986 (comète de Halley) et Rosetta (comète Churyumov-Gerasimenko) entre 2014 et 2017.

Elle a poursuivi ses travaux sur des simulations de diffusion lumineuse par des particules irrégulières (compactes ou floconneuses) en utilisant des expériences de laboratoire au sol et en microgravité (PROGRA2) et des simulations numériques pour divers types de particules principalement fractales sont employées. Elle a participé à l’expérience CODAG qui montre l’agglomération de sphères de silice en structures fractales lors d’un vol-fusée en microgravité. Ces études ont été poursuivies par des simulations numériques des courbes de polarisation multi longueur d’onde en particulier des comètes Halley et Hale-Bopp et des particules du milieu interplanétaire. Elles ont montré la nécessité de particules organiques dans las poussières, résultat vérifié par Rosetta sur la comète 67P.

Ses travaux, aussi bien théoriques qu’expérimentaux, ont fait d’elle l’une des spécialistes les plus réputées au monde de la physique cométaire.

D’autres hommages sont visibles sur le site de la Société Astronomique de France et au LATMOS.